Epernay dispose d’une offre variée en matière d’œnotourisme, à l’image de l’Avenue de Champagne ou du Musée du vin de Champagne et d’Archéologie régionale. Tout au long de l’année, des évènements viennent également animer la ville, dont l’un des temps fort, « Les Habits de Lumière », débute le 9 décembre.  

___

En s’affirmant comme « la capitale du champagne », Epernay se doit d’avoir une voie correspondant à ce titre prestigieux. Cette fonction incombe à l’Avenue de Champagne, bordée d’hôtels particuliers appartenant aux Grandes Maisons : Moët et Chandon, Perrier-Jouët, ou encore Pol-Roger (« The most drinkable adress in the world », selon la formule de Winston Churchill). Construits au 19e siècle, ils sont aujourd’hui ouverts au public pour la visite et la dégustation. Sous l’Avenue, 110 kilomètres de caves et galeries creusées dans la craie abritent 200 millions de bouteilles. Le caractère exceptionnel de ce site lui a valu, en 2015, l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, laquelle souligna à cette occasion « l’image symbolique unique au monde du champagne en tant que symbole de l’art de vivre à la française ». La promenade s’effectue à pied ou à vélo et peut débuter par la mairie, sise dans l’ancien hôtel particulier ayant appartenu à la famille Auban-Moët et cédé à la ville en 1919. Celle-ci abrite chaque année des événements mettant en valeur Epernay et le champagne, comme le traditionnel « Dîner d’exception » venant clôturer deux jours consacrés à l’œnotourisme dans la cité. En bas de l’Avenue, un ballon captif permet, en montant à 150 m d’altitude, d’apprécier une vue sur la ville et le vignoble qui l’entoure, une flûte à la main. Ce mode de transport ne partageait-il pas, avec le champagne, une place de premier ordre dans l’imaginaire galant au 18e siècle ?

Comme chaque année depuis l’an 2000, la ville organise en décembre les « Habits de Lumière » : trois jours (les 9, 10 et 11 décembre 2022) durant lesquels l’Avenue vibre d’un spectacle de sons et lumières, assorti d’une grande parade, d’un feu d’artifice et de dégustations inédites organisées dans les cours des Maisons et Vignerons de champagne bordant le lieu. Le samedi, la gastronomie est à l’honneur, lors des « Habits de Saveurs ». Ainsi, le matin, des chefs s’associent aux maisons et vignerons, avec le concours de producteurs locaux, pour créer une recette originale lors d’une démonstration-dégustation ouverte à tous. Des ateliers accords mets et vins organisés à l’Hôtel de ville et des visites de caves complètent les festivités. D’autres manifestations culturelles viennent également animer la ville tout au long de l’année, tel « Vign’ Art ».  Ce festival annuel d’art contemporain – dont la marraine à vie est l’écrivaine Amelie Nothomb – a pour objet la promotion de l’Art Contemporain et du « Land Art » en exposant des œuvres dans le vignoble champenois, mais aussi dans un espace vert sparnacien.  

Parmi les étapes obligées figure le Musée du vin de Champagne et d’Archéologie régionale.  Situé au cœur du château Perrier (monument historique classé en 2013) et inauguré en mai 2021, cet établissement vient de remporter le Prix national de la Préservation du Patrimoine Viticole. Le Musée est le lieu de référence pour expliquer l’histoire du terroir champenois et permet de comprendre « comment la viticulture a contribué à la structuration et au développement de la région champenoise, dans le respect des richesses naturelles du terroir ». Celui-ci connaît un parcours des collections s’articulant autour de quatre espaces de visite : géologie avec la formation du paysage et du sous-sol crayeux, puis, archéologie et l’histoire de l’implantation des Hommes dans la région. Ensuite, l’histoire du vin de Champagne propose de découvrir les outils, machines, verreries tableaux, lithographies, affiches, mais aussi les nombreux objets saisis pour usurpation du nom « Champagne » (un véritable cabinet de curiosités où figure, notamment, un flacon du parfum d’Yves Saint-Laurent qui ne vit jamais le jour en France sous ce nom, à l’issue d’un procès retentissant). Enfin, la visite se conclue par la partie rendant hommage aux collectionneurs et mécènes historiques. Autant de motifs de venir parfaire ses connaissances de ce vin dont Coco Chanel confessait ne s’adonner qu’à deux occasions : « quand elle était amoureuse et quand elle ne l’était pas ».

___

Pratique | Informations sur l’événement

Photographie | Alexandre Couvreux