Le gouvernement français vient d’être interpellé par plusieurs syndicats pour simplifier la régularisation des travailleurs sans-papiers des plateformes.

___

Le gouvernement a été interpellé par trois syndicats engagés dans la défense des travailleurs sans-papiers des plateformes afin qu’il révise une circulaire de 2012 et facilite leur régularisation administrative, a-t-on appris mardi. « Beaucoup sont sans-papiers et ne peuvent bénéficier des dispositions de la circulaire du 29 novembre 2012 dite ‘circulaire Valls’. Nous vous demandons d’actualiser la circulaire en question », écrivent Sud Commerces, la CNT-SO et le Clap dans un courrier en date du 19 septembre adressé aux ministères de l’Intérieur et de l’Economie, ainsi qu’à la Préfecture de police de Paris.

Cette circulaire, rédigée alors que les plateformes de l’ubérisation n’étaient pas encore actives en France, « réserve la régularisation par le travail aux seuls titulaires de bulletins de salaire à leur nom ou sous alias », ajoutent les signataires de cette intersyndicale des livreurs. Toutefois de nombreux travailleurs ont recours au statut d’indépendant et ne reçoivent en conséquence pas de bulletins de salaires, mais ils peuvent en revanche produire des « factures » et des « preuves de paiement ». Les syndicats demandent donc que ces documents puissent également servir à justifier l’activité des travailleurs sans-papiers lors de leurs démarches de régularisation.

Début septembre, la plateforme de livraison de repas Uber Eats a annoncé avoir déconnecté 2 500 comptes identifiés comme frauduleux parmi ses quelques 60 000 livreurs actifs en France. Dans la foulée, des centaines de livreurs africains de la plateforme, pour beaucoup sans-papiers, ont manifesté le 1er septembre à Paris devant le siège français de la firme américaine. Selon Uber, ces nombreuses désactivations sont la conséquence d’un audit diligenté après la signature d’une « charte » avec le gouvernement afin de lutter contre la sous-location irrégulière des comptes de livreurs.

___

Sur le même sujetUber, employeur hypocrite ? 

Photographie | Unsplash