Le Français Roland Mesnier, qui fut chef pâtissier sous cinq présidents américains, est décédé vendredi 26 août à l’âge de 78 ans aux Etats-Unis. Engagé par la femme de Jimmy Carter en 1979, il a notamment travaillé pour les Reagan, Bush ou le couple Clinton. 

___

25 ans dans les cuisines de la Maison Blanche, cinq couples présidentiels, des milliers de gâteaux à réaliser et beaucoup d’anecdotes. Son nom n’était pas très connu de ce côté-ci de l’Atlantique mais Roland Mesnier a pourtant contribué à l’image de la cuisine française aux États-Unis pendant de longues années, pour son volet sucré principalement. Ses enfants, son fils George Mesnier et sa soeur aînée Geneviève Guyez Mesnier, ont annoncé en fin de semaine dernière, le décès de Roland Mesnier, dans l’Etat de Virginie, sur la côte Est. 

Né à Bonnay, un petit village près de Besançon en France, et issu d’une famille modeste de neuf enfants, il avait été engagé par l’épouse du président Jimmy Carter, Rosalynn, en 1979. « Je garde de si bons souvenirs du chef Mesnier. Il aimait faire sourire les gens avec ses belles créations, comme ses fameuses maisons en pain d’épice à Noël. Il va nous manquer! », a tweeté une autre ex-Première dame des Etats-Unis, Hillary Clinton, en publiant une photo d’elle avec le chef. « Nous sommes désolés d’apprendre le décès de Roland Mesnier, qui a servi comme chef à la Maison Blanche pendant 26 ans et pour cinq présidents américains, dont 25 ans en tant que chef pâtissier exécutif de la Maison Blanche. Sa passion, son engagement et son amour pour son travail resteront gravés dans nos mémoires », a dit de son côté la Fondation Ronald Reagan. Roland Mesnier, qui avait été naturalisé américain, avait quitté la Maison Blanche en 2004 après 25 ans de bons et loyaux services.

Le chef, qui a publié plusieurs livres et beaucoup parlé de son expérience à la Maison Blanche après sa retraite, a raconté lors d’une interview télévisée diffusée en 2013 que Rosalynn Carter lui avait demandé ce qu’il comptait préparer dans les cuisines du 1600 Pennsylvania Avenue s’il était embauché. Beaucoup de desserts faibles en calories, avait-il répondu, parce que « Mme Carter était une très jolie femme, très mince, alors je me suis dit que c’était une question piège ». « Ma réponse fut la bonne, parce qu’elle a dit à sa secrétaire ‘c’est celui que je veux, et je le veux dès que possible’ », a-t-il assuré. Roland Mesnier n’était pas avare en anecdotes sur les présidents et leur famille : George W. Bush était amateur de glace aux noix de pécan et « l’homme le plus impatient que j’aie jamais vu »; Mme Reagan était une « perfectionniste absolue »; Bill Clinton était allergique « au sucre, à la farine et au chocolat » mais très gourmand, aussi le chef pâtissier avait-il dû s’évertuer à créer de nouvelles recettes sans les ingrédients précités. Et s’il a dit apprécier énormément les Carter, « des gens formidables », l’une de leurs recettes préférées, qui devait être préparée pour les grands buffets, l’horrifiait. Pour ce plat, « il fallait utiliser les fromages les plus collants que vous puissiez trouver, les mélanger, ajouter des anchois et toutes sortes de choses, puis vous les montiez en anneaux (…) et au milieu, vous mettiez de la confiture de fraises », a-t-il raconté. « Le plus drôle, c’est que Mme Carter vérifiait toujours si la chose était sur la table. Elle l’était, mais personne n’y touchait jamais », a-t-il ajouté. Alors « on la remettait au congélateur et on la sortait pour chaque buffet. Je crois que le même (plat) a duré quatre ans ».

___

Photographie | DR