Agriculture intensive, frelon asiatique, changement climatique : les abeilles paient aujourd’hui un lourd tribut : le taux de mortalité dans les ruches « est en moyenne autour de 30% par an, c’est colossal » avance Henri Clément, apiculteur et porte-parole de l’Unaf (Union nationale de l’apiculture française). » Les apiculteurs, pour maintenir leur cheptel, sont obligés de les […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.