Sandrine Goeyvaerts alerte du deux poids deux mesures dont souffre la profession viticole en ce qui concerne le traitement des vignerons, d’une part, et des vigneronnes, d’autre part.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.