En France, un phénomène nouveau se développe dans les campagnes : l’accaparement des terres agricoles par des puissances économiques et financières. La chose n’est pas inédite, mais s’observait jusqu’à présent plutôt en Amérique du Sud, ou en Afrique. Les terres françaises sont devenues un marché (presque) comme les autres pour des géants de l’alimentaire - mais pas seulement -, dont l’appétit pour l’hectare pourrait présenter des conséquences de long terme sur nos écosystèmes de production, et de consommation.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.