Sur son site officiel, Alain Ducasse va devoir changer sa photo d’illustration qui présente son activité « Restaurant ». Elle n’est plus d’actualité puisque le Monégasque pose à côté de Romain Meder. Or, comme nous l’annoncions mardi 5 avril, l’ex-chef du Plaza-Athénée a quitté celui pour lequel il travaillait depuis 2006 pour voler de ses propres ailes, en rejoignant le Domaine de Primard.

Fin du couple, mais aussi fin d’une époque bénie pour Alain Ducasse qui déplaçait ‘ses’ chefs comme des pions sur son grand échiquier mondial. En fonction de ses consulting, de son mercato interne, il déplaçait les uns et les autres comme bon lui semblait. Remplir des cases, occuper les postes, fournir de la main d’oeuvre de qualité un peu partout dans le monde, voilà ce que faisait Alain Ducasse ces dernières années du côté de son activité ‘Restaurant’. Il agissait comme une sorte de grand DRH culinaire, faisant le tour des popotes à échéance régulière pour vérifier la qualité de la prestation délivrée. Disons-le, l’homme excellait dans cette capacité à placer le bon pion au bon moment, à jauger comme à juger la cuisine in situ.

Mais ce temps-là est révolu. Bien avant la crise actuelle, le modèle du chef-consultant apatride avait du plomb dans l’aile. Et, de fait, Alain Ducasse, qui a usé le système jusqu’à la corde, incarne parfaitement cette fin de règne, celle d’un modèle et, de fait, la sienne. La perte du Plaza Athénée reflète à elle seule le déclin de l’empire du Monégasque, et ce n’est pas son maintien au Meurice, uniquement pour des raisons juridiques (son contrat s’arrête en 2023) qui prouvera le contraire. Dernier coup dur en date, l’étoile Michelin accordée à la péniche Don Juan II, manoeuvrée par l’ennemi juré Frédéric Anton, alors que la sienne, Ducasse-sur-Seine, restait à quai côté récompense. Alain Ducasse ne fait plus la pluie et le beau temps du Bibendum ; il ne peux même plus la faire sur son propre territoire.

Denis Courtiade, Laurent Roucayrol, Jocelyn Herland, Romain Meder… Tous ces talents, et d’autres, ont quitté le giron ducassien. Les raisons sont diverses, parfois personnelles, mais il y a, en filigrane, une vérité unique : Alain Ducasse ne peut plus leur proposer de belles opportunités, à Paris, Londres, Tokyo ou ailleurs. Certes, Alain Ducasse possède encore une belle panoplie de tables à travers le monde, avec quelques trésors. Mais même lui n’y croit plus vraiment. Petit à petit, il abandonne le navire de la restauration pour se concentrer sur ce qu’il pourra transmettre, entendons par là ‘revendre’. En juin 2020, dans un mail envoyé à quelques cadres de son équipe, Alain Ducasse écrivait : ‘Je veux commencer à organiser mon retrait des fonctions opérationnelles. Ce retrait n’interviendra pas avant quelques années mais il est essentiel de prendre dès aujourd’hui les mesures nécessaires pour assurer la continuité de cette Maison qui porte mon nom.’ Une continuité qui passe… par de douloureuses ruptures. Telle est la vie des affaires qui oblige, parfois, à remiser les photos de famille.

Le mail d’Alain Ducasse envoyé à ses collaborateurs

Dans un mail envoyé courant juin 2020 à ses collaborateurs, Alain Ducasse explique qu’il « veux commencer à organiser mon retrait des fonctions opérationnelles. Ce retrait n’interviendra pas avant quelques années mais il est essentiel de prendre dès aujourd’hui les mesures nécessaires pour assurer la continuité de cette Maison qui porte mon nom. »

Dans ce message, il annonce l’arrivée, le 29 mai 2020, d’un nouveau partenarie : Mirabaud Patrimoine Vivant. « Le nom de cet investisseur témoigne de son engagement dans l’univers de l’excellence de l’art de vivre à la française. Il partage nos valeurs et a la ferme volonté de s’engager dans notre développement de façon pérenne » précise le Monégasque. Il revient également sur la nomination de Xavier Alberti comme administrateur délégué du groupe. « Xavier, qui reste Président des Collectionneurs, apportera son expérience pour définir avec moi la stratégie de développement de notre Maison et définir l’organisation opérationnelle qui doit être mise en place. »

Enfin, Alain Ducasse conclut sur les conséquences de ces annonces : « Pour la plupart d’entre vous, ces changements n’auront pas d’impact sur votre activité quotidienne. Dans votre établissement et dans votre fonction, vous continuerez à vous consacrer à votre mission avec le même souci de l’excellence et la même passion. En revanche, ces changements ont une grande importance pour la pérennité de notre maison. Préparer le futur est aujourd’hui ma responsabilité essentielle afin que, demain, notre Maison continue, avec vous, à grandir et à innover. »


Sur le même sujet
Alain Ducasse et le Plaza Athénée : enquête sur une douloureuse séparation
Jean Imbert au Plaza : décryptage critique de la critique

Photographie
DR