Une production en baisse mais des vins de qualité qui se sont bien vendus : les viticulteurs de la vallée du Rhône ont retrouvé le sourire avec leur millésime 2021. En 2022, objectif ‘vin blanc’ pour gagner des parts de marché.

___

En 2021, le gel tardif d’avril, la grêle et les pluies n’ont pas épargné la vallée du Rhône avec pour conséquence une baisse de 5% de la production par rapport à 2020 et l’une des plus basses récoltes de ces dix dernières années. Mais le terroir, qui compte plus de 5 000 exploitations sur six départements (Rhône, Loire, Ardèche, Gard, Drôme et Vaucluse), 31 appellations et 34 cépages, reste le deuxième vignoble AOC de France, derrière Bordeaux, avec 66 402 hectares pour 2,6 millions d’hectolitres récoltés en 2021. « Cette seconde place est inscrite dans le dur » et « le gel n’a pas eu d’impact sur la qualité du vin.

C’est un millésime qualitatif », s’est félicité auprès de l’AFP Philippe Pellaton, président d’Inter Rhône, qui rassemble les professionnels de la viticulture et du négoce de la Vallée du Rhône. Au plan commercial, « on a eu une très forte reprise à l’export en 2021 dans l’ensemble des pays, à l’exception de l’Angleterre, restée stable en raison du Brexit. Nos principaux clients restent la Belgique (19%), le Royaume-Uni (16%) et les USA (15%) », a-t-il précisé. Au plan national, la reprise est également nette sur le circuit des cavistes, hôtels et restaurants, qui avaient pâti du Covid. La grande distribution, qui elle avait profité du confinement, connaît un léger recul. « Globalement, tous les clignotants sont au vert », s’est félicité le président d’Inter Rhône.

Pour l’avenir, la région, qui compte de célèbres appellations comme Châteauneuf-du-Pape, Condrieu ou Côte-rôtie et produit 76% de rouge pour seulement 10% de blancs, compte opérer la conversion d’une partie de son terroir en blanc, très demandé à l’export : « L’idée serait de passer à 15-20% de blanc d’ici à 2025-2026 », a expliqué Philippe Pellaton. « Les Etats-Unis et l’Angleterre sont assez consommateurs de vins blancs. Et on arrive sur ce marché avec des éléments plutôt novateurs par rapport aux autres régions où on trouve des blancs de mono-cépage quand la vallée du Rhône affiche des notes d’assemblage avec plusieurs cépages », souligne-t-il. Pour 2022, la vallée du Rhône entend poursuivre son engagement environnemental avec une labellisation RSE (développement durable) attendue pour juin et le développement du vin bio, qui représente déjà 12% des volumes et lui confère une place de leader pour ces vins dans la grande distribution.


Photographie
Apolo Photographer | Unsplash