Sans être inavouable, ma première pensée en quittant le village de Vailly fut incorrecte. Ne rien écrire, conserver cette expérience pour moi, enfermer mes souvenirs à double tour tel un secret intime, et ne le divulguer qu’à bon escient, entre initiés des plaisirs de la chère. Cela arrive parfois d’être tenté par le silence plutôt que de crier à tue-tête l’émotion d’une rencontre.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.