La cour d’assises de Nanterre (Hauts-de-Seine) accueillera, à partir du lundi 26 juin, le premier procès d’un chef accusé de viols et d’agressions sexuelles. L’avocate de la partie civile espère qu’il permettra de lever les tabous qui continuent de régner encore largement dans les cuisines hexagonales.
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.