30%, 50%, qui dit mieux ? Le grand n’importe quoi des chiffres sur les faillites des restaurants

Un coup, c’est 30%, un autre c’est 50%. Les pseudo-spécialistes du monde de la restauration s’amusent à sortir des données chiffrées sans la moindre caution statistique ou étude sérieuse. Pendant cette période de crise, il serait bon de ne pas raconter n’importe quoi : susciter la peur n’a jamais été la bonne solution.

La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.