C’est joli un concept bien ficelé. Surtout quand il est estampillé Jamie Oliver qui sait y faire côté marketing. Mais joli n’a jamais voulu dire bon. Or, au restaurant, l’assiette demeure le seul juge de paix. Chez Jamie’s Italian, celle-ci est une catastrophe. Aussi monumentale que la prétention du bonhomme à vous vendre son merchandising […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.