La dernière (et première fois) fois, c’était à l’automne 2015. Dans la salle violette, verte et dorée qui contrastait avec le classicisme attendu d’une salle à manger alsacienne, fut-elle doublement étoilée. On était reparti enchanté, marqué notamment par l’œuf « parfait » (cuisson à basse température à 64 degrés) qui a donné son nom au restaurant. Marqué […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.