C’était un bistrot à l’esprit lyonnais où l’on ne plaisantait pas en matière de pommes frites. Depuis avril dernier, le Saint-Joseph a conservé son format (adresse de quartier) tout en gagnant en légèreté (envolés le décor mural chargé et les assiettes dodues). Mais le tartare de bœuf, lui, n’a pas déserté les lieux. C’est que […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.