Cet article a été publié dans le numéro 2 des Cahiers de la Gastronomie, printemps 2010, sous la plume de Stéphane Davet, photo de Laurent Séminel   “Je travaille comme un gitan, je ne note rien, je n’utilise pas d’ordinateur. Pour apprendre avec moi, il faut me voler le métier”. À 61 ans, Jacques Maximin […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.