par Franck Pinay-Rabaroust / Une chimère l’émotion culinaire ? Certainement pas, sauf à oublier les (bons) goûts de l’enfance. Convoquer l’enfance, c’est mettre en branle la machine à souvenirs avec des odeurs et des goûts venus du tréfonds mémoriel, de cette époque où le goût se construit et où la nourriture se veux avant tout réconfortante […]
La lecture de cet article est réservée aux abonnés Atabula+. Identifiez-vous si vous êtes déjà abonné(e) ou souscrivez à l’un de nos abonnements : Abonnement annuel Atabula+, Abonnement mensuel Atabula+ ou Abonnement annuel étudiant.